DEMARCHE

Dans les années 1970, j’observais mon père dans ses actions de décroissance et d’auto-suffisance. Il se procurait des panneaux solaires, cherchait une source souterraine et concevait un projet d’architecture de terre… Certains percevaient la portée de ses idéaux et lui décernaient médaille et prix. J’aime donner du sens à ce souvenir fascinant : un batracien centenaire toujours invisible aux autres qui se muait en chien simplement pour pouvoir suivre mon père dans ses agissements.

L’oeuvre qui porte en elle un instinct porté vers la nature a l’audace de vouloir se fondre dans la vie de ceux qui la regardent. Elle existe par elle-même mais peut simultanément ouvrir d’autres champs. Ceux qui consistent à réveiller notre conscience et à se réapproprier le vivant, doublé de son pouvoir sensoriel d’émerveillement.